Présentéisme

Présentéisme

Le présentéisme représente 61% des coûts de l’entreprise liée à la santé au travail*(contre 10% pour l’absentéisme!) et se décline en plusieurs formes :

– Le présentéisme contemplatif qui consiste à être présent au travail mais à ne pas travailler concrètement.
– Le présentéisme stratégique qui consiste à faire des heures à rallonge histoire de montrer qu’on est là. Celui ci s’accorde assez bien avec le présentéisme contemplatif.
– Le surprésentéisme qui consiste à continuer à travailler, voire à faire des heures supplémentaires, alors qu’on est fatigué ou malade.

 

Intéressons nous au présentéisme contemplatif. Plusieurs facteurs sont à l’origine de celui-ci :

eustress distress

eustress distress

Le stress : il est avéré désormais que le stress prolongé et récurent (cf le distress) fait baisser considérablement les capacités cognitives et psychologiques des salariés. Ils veulent travailler…mais n’y arrivent pas!
La démotivation intrinsèque : faire une activité qui nous provoque du plaisir ou de la satisfaction est un des piliers de la motivation. Un salarié dont le poste évolue vers une activité qui ne lui plait pas, même s’il garde la motivation extrinsèque de son salaire à la fin du mois, finira par faire du présentéisme.
La perte de sens : sans culture(les valeurs), stratégie et structure (rôles et règles) clairement expliquées, discutées et partagées dans l’entreprise, point de salut! (cf “Les Défis du Sensemaking en Entreprise” de Karl E. Weich).

 

Comment faire baisser le présentéisme contemplatif au travail?

3 approches possibles et rencontrées dans les entreprises :

Flow

Flow

1. Traiter les symptômes du stress en aidant le salarié à se détendre (il est fragile, que voulez vous!)
2. Remettre de l’exigence dans les objectifs (quelle est la différence entre présentéisme et fainéantise déjà?)
3. Traiter les causes du présentéisme en redonnant du sens au travail, de la reconnaissance individuelle et collective, et en allant rechercher le “Flow” de chaque collaborateur (Cf les travaux de M. Csiksezentmihalyi que nous développerons dans une prochaine brève).

 

Bien sûr, deux approches sur les trois ont des effets assez limités dans le temps. Mais je vous laisse deviner lesquelles!

 

Nicolas

 

*Selon une étude de l’Université catholique de Leuven en 2010
En savoir plus:

http://lentreprise.lexpress.fr/gerer-une-equipe/le-presenteisme-en-entreprise-bien-plus-couteux-que-l-absenteisme_36329.html#Puum2fM8YuYOdxTX.99

http://www.focusrh.com/strategie-rh/organisation-et-conseil/a-la-une/le-surpresenteisme-un-phenomene-meconnu-en-pleine-croissance.html